Aller au contenu


école à La Maison?...et Les Copains Alors?


33 réponses dans ce topic

#1 ziia

    Visiteur occasionnel

  • Membres
  • 1 Messages :

Posté 06 November 2005 à 19:15

je viens de lire un article sur l'école à la maison et la déception de parents face aux pratiques pédagogiques de certains enseignants. Il me semble que tous les enseignants n'adoptent pas les mêmes pratiques: l'éducation nationale n'impose aucune méthode...mais il y a des dérives qui débouchent sur la course aux bonnes notes ou encore l'élection des meilleurs élèves mais heureusement ce n'est pas le cas partout.
Je m'interroge sur l'école à la maison: à quel moment les enfants peuvent-ils rencontrer d'autres enfants de leur âge? Jouer( pas avec leur maman) et se faire de nouveaux copains? Et même s'ils sont inscrits à des activités extrascolaires( au mieux 1h par jour, et encore, pour ceux qui ont les moyens), le temps qu'ils passent avec d'autres enfants (en dehors des frères et soeurs) reste limité.
Enseigner à ses propres enfants part d'une bonne intention mais il ne faut pas oublier que les enfants ont besoin de respirer, de se construire et de s'épanouir aussi à l'extérieur du cocon familial.
Pas étonnant qu'ils souhaitent rester à la maison: si on vous proposait de travailler à la maison, vous diriez non? Il paraît évident que les enfant préfèrent la chaleur du foyer et les jupons de leur maman; cela ne veut pas dire qu'ils sont malheureux à l'école! Si, au départ, leur motivation est grande pour apprendre à la maison, je doute qu'elle le reste au fil des mois.
Les enfants ne risquent-ils pas de se sentir enfermés?
Il y a également des risques de dérive: des parents qui "couvent" leurs enfants et les empêchent d'être confrontés aux difficultés de la vie. Comment les enfants vont-ils réagir plus tard lorsqu'ils seront confrontés au monde du travail???
...enfin, peut-être qu'ils travailleront en "free-lance"...à la maison.

#2 Elimimi

    Membre habitué

  • Membres
  • 11 Messages :
  • Commune:Strasbourg

Posté 06 November 2005 à 21:11

Citation

Mais la socialisation?

Deux femmes se retrouvent dans un parc, pendant que leurs enfants se balancent et jouent au ballon. Les deux femmes les surveillent, assises sur un banc. Au bout d'un moment, elles se mettent à discuter.
M: - Bonjour, je m'appelle Martine. Mes enfants sont les trois en rouge, ça m'aide à les repérer.
T: - (Sourire) Moi c'est Thérèse. les miens sont ceux en rose et en jaune. Vous venez souvent ici?
M: - Deux ou trois fois par semaine, après la bibliothèque.
T: - Oh! Comment faites-vous pour trouver le temps?
M: - On fait l'école à la maison, alors on vient dans la journée le plus souvent.
T: - J'ai des voisins qui font aussi l'école à la maison, mais les miens vont à l'école publique.
M: - Comment faites-vous?
T: - Ce n'est pas facile. Je vais à toutes les réunions de parents et je fais travailler les enfants tous les jours après l'école, je m'implique beaucoup.
M: - Mais la socialisation? Ca ne vous ennuie pas qu'ils soient enfermés toute la journée avec des enfants du même âge, sans aucune possibilité d'avoir des relations naturelles?
T: - Eh bien, oui, mais je me donne du mal pour compenser ça. Ils ont des amis qui font l'école à la maison, et nous allons chez leurs grands-parents presque tous les mois.
M: - Vous semblez une mère très dévouée. Mais est-ce que ça ne vous ennuie pas toutes les occasions qu'ils manquent? Je veux dire en étant tellement isolés de la vie réelle - comment vont-ils savoir à quoi le monde ressemble - ce que font les gens pour gagner leur vie - comment s'entendre avec tous ces gens différents?
T: - Oh, nous en discutons aux réunions de parents, et nous avons créé une caisse pour inviter des gens réels dans les classes. Le mois dernier, un policier et un docteur sont venus parler dans toutes les classes. Et le mois prochain, il y aura une femme du Japon et un homme du Kenya.
M: - Oh, nous avons rencontré un japonais au supermarché l'autre jour, et il en est venu à parler de son enfance à Tokyo. Mes enfants étaient complètement fascinés. Nous l'avons invité à dîner et nous avons fait connaissance de sa femme et de ses trois enfants.
T: - Super. Hum, peut-être devrions-nous prévoir des plats japonais à la cantine pour la Journée Interculturelle.
M: - Peut-être votre invitée japonaise pourrait-elle manger avec les enfants?
T: - Oh non, elle a un emploi du temps très chargé. Elle a deux autres écoles à visiter ce jour-là. Ce que nous faisons est projet collectif.
M: - Oh, dommage. Eh bien, peut-être allez-vous rencontrer quelqu'un d'intéressant au supermarché un jour, et vous pourrez l'inviter à dîner.
T: - Je ne pense pas. Je ne parle jamais aux gens dans les magasins - et sûrement pas à ceux qui risquent de ne même pas parler notre langue. Et si ce japonais n'avait pas parlé français?
M: - Pour tout vous dire, je n'ai pas eu le temps d'y penser. Avant même que je l'aie remarqué, mon fils de 6 ans lui demandait ce qu'il allait faire avec toutes les oranges qu'il achetait.
T: - Vos enfants parlent à des étrangers?
M: - J'étais juste à côt de lui. Il sait que tant qu'il est avec moi, il peut parler à qui il veut.
T: - Mais vous lui donnez de mauvaises habitudes. Mes enfants ne parlent jamais à des étrangers.
M: - Même quand ils sont avec vous?
T: - Ils ne sont jamais avec moi, sauf à la maison après l'école. Alors vous voyez pourquoi il est si important qu'ils comprennent qu'il est absolument interdit de parler à des étrangers.
M: - Oui, je vois. Mais s'ils étaient avec vous, ils pourraient avoir l'occasion de rencontrer des gens intéressants en toute sécurité. Ils auraient un aperçu du monde réel, dans des situations réelles. Ils pourraient aussi sentir réellement ce qui permet de dire qu'une situation est dangereuse ou suspecte.
T: - Ils verront ça en CE2 et CM2, en Instruction Civique.
M: - Eh bien, je vois que vous êtes une maman attentionnée. Je vous laisse mon numéro - si jamais vous voulez discuter, appelez-moi. J'ai eu plaisir à faire votre connaissance.
(auteur inconnu - traduction Brigitte Guimbal)


Source : http://www.lesenfant...cialisation.htm


Citation

La "Socialisation" des enfants souffre-t-elle d’une éducation familiale ?
La formation aux "valeurs sociales" découle d’un équilibre entre "socialisation positive" et "socialisation négative". C’est aussi vrai à la maison, à l’école, ou dans la société elle-même.
Peu de personnes peuvent nier que les forces de socialisation négatives, qui dominent dans notre société aujourd’hui, ont sapé et miné les valeurs sociales des familles; des écoles, et de toute la vie des enfants. Les "petits" comme les adolescents errent dans le "vide des valeurs". Les forces de socialisation positives ont perdu la plus grande part de leur efficacité dans les écoles où l’Etat impose à ses enfants d’aller.
La communauté scolaire d’aujourd’hui n’est plus le lieu protégé, abrité où, il y a encore peu de temps, la socialisation positive prédominait. Chaque difficulté, pression, inquiétude d’aujourd’hui agit sur la socialisation des enfants en classe.
On se rend compte aussi, de façon croissante, que l’organisation de l’école est aussi un facteur négatif pour cette socialisation des enfants.
Les enfants, bousculés d’une sonnerie à l’autre, d’un groupe à l’autre, arbitrairement rassemblés par groupes d’âge, n’ont jamais été organisés pour une socialisation normale.
Pire encore, cela est devenu une occasion, un "expédient" pour une socialisation "de masse" des enfants. La plupart des enfants apprennent à accepter le processus développé par leur aînés comme le meilleur moyen de "traiter les enfants en masse", et à s’y conformer.
Cependant, ceux qui étudient le comportement des enfants en viennent à se rendre compte que derrière cette façade apparente de conformité avec les exigences institutionnelles, les enfants subissent tension, pression et stress, que peu d’entre eux peuvent identifier, reconnaître et définir.
La nature de la vie et de l’enseignement dans un tel milieu crée des "valeurs anormales", des rôles, des relations et des comportements anormaux. Avec pour résultat que les enfants se replient sur eux-mêmes, se tournent vers leurs semblables, subissent leur influence, leur domination, leur image, leurs valeurs.
De cette situation découlent les divers problèmes des enfants auxquels les enseignants font face, en classe : isolement social, crises d’identité, auto- dénigrement, stress émotionnel, compétition excessive, frustration, délinquance, hostilité, confusion morale, ennemis, rejets, promiscuité sexuelle, violence, vandalisme, grossesses d’adolescentes, alcoolisme, drogues, et sûrement le pire de tout, le suicide.
Sur cet arrière plan, il n’est pas nécessaire d’expliquer davantage l’intérêt profond des parents éducateurs pour le caractère et le comportement social de leurs enfants. Cet intérêt seul suffirait à stimuler l’extension de l’Ecole à la Maison au delà de tout ce que l’on peut imaginer.
Plus important encore, cela pourrait réunir les parents éducateurs en unités familiales fonctionnelles, où parents et enfants se redécouvriraient ensemble dans une véritable "joint venture", une entreprise conjointe de vie et d’enseignement.

Un rapport d’étude de John Taylor (Andrews university) a comparé 224 "Home Schoolers" de 4 à 12 ans avec des "écoliers réguliers" selon l’échelle d’auto-évaluation de Piers-Harris. Il est admis généralement qu’une auto-évaluation satisfaisante est un bon indice de socialisation individuelle.
L’étude de Taylor a conclu :
Les résultats d’auto-évaluation d’enfants instruits à la maison sont nettement meilleurs que ceux des enfants de l’école conventionnelle. En ce qui concerne la socialisation, il apparaît que très peu d’enfants de l’Ecole à la Maison sont socialement "en manque".
Les résultats de l’étude montrent que ce sont les enfants scolarisés de façon conventionnelle qui ont actuellement une socialisation défectueuse.
Urie Bronfenbrenner, parmi d’autres, a prouvé que les enfants de plus de 6 ans qui passent plus de temps avec ceux de leur âge qu’avec leur parents, deviennent souvent "dépendants" des membres de ce groupe d’âge. Il a noté que cela amène un pessimisme envahissant vis à vis d’eux mêmes, de leur avenir, de leurs parents et même de leurs pairs.
Cela contredit l’idée qu’une association d’enfants avec un grand nombre d’autres enfants contribue de façon positive à la socialisation telle que la supposent parents et enseignants.
Des observations de première main sur des enfants élevés à la maison impressionnent fréquemment les observateurs par leurs qualités de maturité, d’aptitudes générales, de responsabilité et d’assurance.
En fait les parents précisent souvent que leur décision d’éduquer leurs enfants à la maison vient de ce qu’ils ont constaté les excellentes qualités sociales des autres élèves de l’Ecole à la maison. Certainement on ne saurait surestimer la contribution aux valeurs sociales venant d’une solide base de morale et des valeurs spirituelles de la plupart des Ecoles à la Maison


Source : http://perso.wanadoo...avey1.htm#chap3


Quand à la "socialisation" à l'école, et les même pas 1h de récré par jour, je vois franchement pas la différence :rolleyes:


PS : as tu déja rencontré des enfants scolarisés à la maison avant de poster ton message ???

#3 dteuz

    Membre régulier

  • Membres
  • 145 Messages :
  • Genre:Homme
  • Commune:nord périgord

Posté 06 November 2005 à 22:04

Citation

Je m'interroge sur l'école à la maison: à quel moment les enfants peuvent-ils rencontrer d'autres enfants de leur âge? Jouer( pas avec leur maman) et se faire de nouveaux copains?

à quoi çà sert, les copains ?

faire une super partie de game-boy ?

faire fumer un crapaud ?

fumer des joints ?

jouer au docteur ?

#4 Luecilla

    Membre régulier

  • Membres
  • 52 Messages :
  • Commune:Nouvelle Calédonie

Posté 27 November 2005 à 07:53

Bonjour Ziia,
Je pense que chaque enfant est particulier et qu'il faut avoir assez de reflexion, d'intuition aussi pour lui apporter la meilleure solution. C'est pourquoi c'est bien d'en discuter ,de s'interroger.
Personnellement, je connais deux adultes qui ont été instruits à la maison .Ils disent qu'enfants c'était très bien, confortable, rassurant... mais qu'ils ont eu du mal adultes. L'un se dit associal et l'autre s'est senti très angoissé jusquà la trentaine avec des problèmes pour aborder les difficultés de la vie. Ils sont tous les deux devenus profs et leurs enfants respectifs sont scolarisés !
Pour ma part, actuellement j'habite outre-mer et l'enseignement maternelle et primaire
est une vraie catastrophe. Pour l'instant ma fille qui a quatre ans ne va à l'école que quatre matinées par semaine . Je m'interroge pour les années à venir. Je suis en mesure de lui apporter l'instruction nécessaire en m'adaptant à elle et à ses besoins. C'est tentant. Mais je constate aussi qu'elle a besoin de se construire à l'exterieur du cocon familial. Il va falloir garder le bon équilibre.
Luecilla

#5 Lord69

    Membre régulier

  • Membres
  • 194 Messages :
  • Genre:Homme

Posté 27 November 2005 à 17:37

Citation

Citation



Je m'interroge sur l'école à la maison: à quel moment les enfants peuvent-ils rencontrer d'autres enfants de leur âge? Jouer( pas avec leur maman) et se faire de nouveaux copains?

à quoi çà sert, les copains ?

faire une super partie de game-boy ?

faire fumer un crapaud ?

fumer des joints ?

jouer au docteur ?

Un peut tout ça : en somme faire son expérience de la vie......

#6 Lord69

    Membre régulier

  • Membres
  • 194 Messages :
  • Genre:Homme

Posté 27 November 2005 à 17:39

Citation

je viens de lire un article sur l'école à la maison et la déception de parents face aux pratiques pédagogiques de certains enseignants. Il me semble que tous les enseignants n'adoptent pas les mêmes pratiques: l'éducation nationale n'impose aucune méthode...mais il y a des dérives qui débouchent sur la course aux bonnes notes ou encore l'élection des meilleurs élèves mais heureusement ce n'est pas le cas partout.
Je m'interroge sur l'école à la maison: à quel moment les enfants peuvent-ils rencontrer d'autres enfants de leur âge? Jouer( pas avec leur maman) et se faire de nouveaux copains? Et même s'ils sont inscrits à des activités extrascolaires( au mieux 1h par jour, et encore, pour ceux qui ont les moyens), le temps qu'ils passent avec d'autres enfants (en dehors des frères et soeurs) reste limité.
Enseigner à ses propres enfants part d'une bonne intention mais il ne faut pas oublier que les enfants ont besoin de respirer, de se construire et de s'épanouir aussi à l'extérieur du cocon familial.
Pas étonnant qu'ils souhaitent rester à la maison: si on vous proposait de travailler à la maison, vous diriez non? Il paraît évident que les enfant préfèrent la chaleur du foyer et les jupons de leur maman; cela ne veut pas dire qu'ils sont malheureux à l'école! Si, au départ, leur motivation est grande pour apprendre à la maison, je doute qu'elle le reste au fil des mois.
Les enfants ne risquent-ils pas de se sentir enfermés?
Il y a également des risques de dérive: des parents qui "couvent" leurs enfants et les empêchent d'être confrontés aux difficultés de la vie. Comment les enfants vont-ils réagir plus tard lorsqu'ils seront confrontés au monde du travail???
...enfin, peut-être qu'ils travailleront en "free-lance"...à la maison.

Je partage ton point de vue sur les risques. Pour ce qui est de l'éducation à la maison, pour moi elle relève plus d'une peur du monde extérieur de la part des parents qu'autre chose.

#7 dteuz

    Membre régulier

  • Membres
  • 145 Messages :
  • Genre:Homme
  • Commune:nord périgord

Posté 04 December 2005 à 09:32

Citation

1)Un peu! tout ça : en somme faire son expérience de la vie......

2)Je partage ton point de vue sur les risques. Pour ce qui est de l'éducation à la maison, pour moi elle relève plus d'une peur du monde extérieur de la part des parents qu'autre chose.

1) est-on obligé de tremper le doigt dans la M...E pour goûter ?
je ne pense pas .

2) peur du monde extérieur , non plus .
c'est plutôt une volonté de remplir SON RÔLE d'éducation, au lieu de le déléguer , à des personnes qualifiées pour juger , mesurer , qui sont elles même jugées qui sont elles mê.....
bref on en revient à ce p****n d'esprit de compétition et d'accumulation si nuisible à notre environnement

PS: on a jamais fait grandir quelqu'un en le mesurant.

#8 Guest_Sebast2_*

  • Guests

Posté 04 December 2005 à 10:03

Bon, je n'ai pas d'enfants, donc je me trompe peut-être dans ce que je vais dire, mais voici mon point de vue (quelques reflexions):


On a donné aujourd'hui à l'école un rôle social, mais ce n'est pas son boulot! L'école doit donner aux enfant les bases de la lecture, écriture, mathématiques... Melheureusement, elle le fait très mal: l'école à la maison est une solution.

Par contre, il faut faire attention entre ce que l'on désire, ce que l'enfant désire et sur ce qui est bien ou pas bien de faire, en restant très objectif.
D'un côté, mettre un enfant en "dehors" de la société n'est pas une solution: un moment ou un autre, il devra intégrer cette société. Car sinon, plus dure sera la chute dans ce monde dangereux. C'est malheureux, mais c'est comme cela. Il est important de ne pas le marginaliser. J'espère un jour seulement que le mode de vie en décroissance soit la référence, mais , ce n'est pas le cas actuellement...


Voilà. Bon je n'es pas vraiment d'idées précises sur la solution à adopter, mais j'attends la suite du débat pour me faire une opinion.

#9 zeuhline

    Membre régulier

  • Membres
  • 131 Messages :

Posté 04 December 2005 à 13:51

Et la majorité des enfants qui n'ont pas décidé d'aller à l'école qui s'y trainent par obligation!

Parce que l'Amitié n'existerait que dans les établissements?

#10 Lord69

    Membre régulier

  • Membres
  • 194 Messages :
  • Genre:Homme

Posté 05 December 2005 à 18:18

Citation

Citation

1)Un peu! tout ça : en somme faire son expérience de la vie......

2)Je partage ton point de vue sur les risques. Pour ce qui est de l'éducation à la maison, pour moi elle relève plus d'une peur du monde extérieur de la part des parents qu'autre chose.

1) est-on obligé de tremper le doigt dans la M...E pour goûter ?
je ne pense pas .

2) peur du monde extérieur , non plus .
c'est plutôt une volonté de remplir SON RÔLE d'éducation, au lieu de le déléguer , à des personnes qualifiées pour juger , mesurer , qui sont elles même jugées qui sont elles mê.....
bref on en revient à ce p****n d'esprit de compétition et d'accumulation si nuisible à notre environnement

PS: on a jamais fait grandir quelqu'un en le mesurant.

1) Les erreurs nous font grandir. Un enfant qui n'en fait aucune ne sera finaleemtn qu'un béautien de la vie...

2) Mais quelle vision de l'école ! Si elel est si mauvaise, vous avez raison, laissé vos enfants chez vous, surprotégé les, faites en sorte que le mond een les atteigne pas...... Puis vous viendrez nous dire dans quelques années que vous ne comprenez pas que vos enfants ne comprennent pas ce monde...

Car il y a une chose que l'école apporte : la confrontation à l'autre. Et c'est pas dans un parc que tu auras le même type de confrontation. Le fait de pouvoir se construire au travers de ses expériences, moin du regards des parents est important aussi, et drôelement p^lus formateur que de vivre en cocon fermé sur son petit monde.

J'aime bien la notion du "mias non on a pas peur du monde" mais de dire juste après "on en revient à la notion de compétition'... Bref encore une fois vous cherchez à protéger vos enfants d'une chose à laquelle ils vont être confronté de toute façon. Mais en faisant leur "armes" jeune, il pourront appréhender le monde. En les faisant trop tard, les autres auront une bonne longueur d'avance sur eux.

Pour changer le monde, il faut en faire parti intégrante. impliquez vous dans les écoles au travers des parents d'élèves pour changer les choses.

#11 Lord69

    Membre régulier

  • Membres
  • 194 Messages :
  • Genre:Homme

Posté 05 December 2005 à 18:21

Citation

Et la majorité des enfants qui n'ont pas décidé d'aller à l'école qui s'y trainent par obligation!

Parce que l'Amitié n'existerait que dans les établissements?

Non l'aitié existe partout, mais disons que l'on emmène l'enfant au parc :

"Salut moi c'est Jérémie"
"Salut moi c'est Mohamed"
"Tu vas ou à l'école Mohamed ?"
"Moi je vais pas à l'écdole mes parents me font la classe"
"Ben c'est nul ça !"
"Non c'est bien"
"Non c'est nul, t'es un bébé, t'es encore avec tes parents"
..... je vous laisse finir......


Et oui ,c'est aussi ça la sociabilisation, ça passe par la confrontaztion quand on est enfant...

#12 joeytriviano

    Visiteur occasionnel

  • Membres
  • 1 Messages :

Posté 05 December 2005 à 20:43

Bonjour,
Je viens de m'inscrire, j'ai vu ce sujet par hasard et je vais vous parler de mon expérience d'école à la maison...
Quand j'étais en 6ème, mon père a été envoyé comme conseiller auprès d'une banque au sultanat d'Oman. A début c'était pour 6 mois, puis ca s'est prolongé alors il a été décidé que toue la famille irait le rejoindre. Comme il n'y avait pas d'école française là bas (une école privée mais hors de prix pour nous) on m'a inscrit au CNED et je devais bosser à la maison et c'est ma mère qui me faisait la classe.
La 1ère année c'était marrant, tout le temps à la maison, des horaires cool à mon rythme et tout. Ensuite les copains ont commencé à me manquer, on voyait personne, on était isolés. Ca a duré 4 ans...
Je peux vous dire que quand je suis revenu à la vie normale, dans une classe de 2de, j'en ai bien bavé. J'étais resté un gosse. J'avais sauté toute mon adolescence. Je ne savais pas me faire des amis. J'y connaissais rien aux filles et je n'osais même pas leur parler. Ok j'ai pas fait de conneries, mais encore maintenant (29 ans) je me sens parfois différent des autres. Pas la même évolution.
Tout ça pour vous dire de bien faire attention, si vous choisissez cette possibilité de l'enseignement à la maison, de ne pas trop isoler vos enfants!

#13 Claire

    Membre régulier

  • Membres
  • 474 Messages :
  • Genre:Homme
  • Commune:Antony (92)

Posté 05 December 2005 à 22:03

Moi étant gamine je suis sûre que ça ne m'aurait pas plu de rester à la maison (même pas besoin de faire l'école à la maison pour être une mère étouffante!). Il n'empêche que les problèmes dont tu parles, Joeytriviano, je les ai eus aussi en étant continuement scolarisée...
Il y a certainement des enfants heureux et épanouis et des enfants mal dans leur peau avec toutes les solutions d'enseignement... le tout c'est de ne pas tomber dans le dogmatisme ("l'école à la maison, c'est pour les asociaux" ou "les profs, tous des pourris") pour pouvoir s'adapter aux besoins de l'enfant.

#14 Maïpi

    Membre régulier

  • Membres
  • 367 Messages :
  • Genre:non renseigné
  • Commune:Loire (42)

Posté 05 December 2005 à 22:18

je ne comprend pas qu'on résume l'école à la maison à "désocialisation"
ni qu'on pense qu'il n'y a qu'à l'école qu'on se "socialise", qu'on se frotte aux autres, qu'on puisse découvrir la vie...

parceque l'école maternelle qui est à côté de chez nous est d'une qualité rare qui a fini de nous séduire (esprit Frénet) on y a mis notre fille aînée qui le réclamait en janvier dernier (passés 3 ans, ce qui est rarissime dans le coin...)
mais nous fréquentons beaucoup de parents d'enfants non ou déscolarisés, pour diverses raisons... nous nous voyons souvent, les enfants se voient souvent, et même échangent en dehors des rencontres pour les plus grands.
je n'ai jamais vu des enfants aussi épanouis, à l'aise en communauté, même d'adultes, curieux d'exprit, observateurs, gais et bien dans leur peau, que tous ces enfants du groupe que nous fréquentons.
ma fille aînée commence à trouver que l'école, bof... elle préfère apprendre avec nous et en a marre des bagarres et autres luttes incessantes de l'école...
non pas qu'elle ne sache pas se défendre, loin de là, mais elle ne comprend pas l'intérêt de ces relations... et a constaté que le groupe de copains non-sco n'était pas comme ça...
on verra pour l'an prochain ;)

je reste persuadée que dans toutes choses de la vie, notre caractère joue beaucoup sur notre façon de vivre les choses... il en va de même de l'école.
c'est utopique de croire que l'école convient à tout le monde, comme il serait utopique de croire que la non-scolarisation conviendrait à tout enfants, toutes familles...
tout cela n'est que du cas par cas que la généralisation du propos rend stérile...

enfin bon... peu de personnes avec des enfants ont répondu à ce post ;)
à suivre ?

#15 zeuhline

    Membre régulier

  • Membres
  • 131 Messages :

Posté 07 December 2005 à 08:02

On dit toujours que la science et la technologie libèreront l'homme. Mais il n'y a qu'à observer l'itinéraire d'un être humain dans la modernité:

de sa naissance à sa mort, il passe d'une incarcération à l'autre.
De la maternelle au lycée, qu'on appelle le "bahut", de la caserne aux "boîtes" dans lesquelles on travaille.
A côté de ça, les jeunes s'amusent en "boîte" et y vont dans leurs "caisses".
Il y a aussi les bôites à vieux et enfin l'ultime boîte, facile à deviner........

(Pierre Rabhi: extrait de sa conversation avec Nicolas Hulot Graines de possible.) :bravo:

#16 Siene

    Membre régulier

  • Membres
  • 271 Messages :
  • Genre:non renseigné

Posté 03 September 2006 à 09:57

Tout au long de ma vie scolaire, j'ai suivi le parcours classic de l'éducation nationale.
Je jouais dans la cour de l'école avec des amis, je participais à des activités sportives avec d'autres camarades, je suis paris en colonie de vacances et cotoyé d'autres enfants de mon âge, j'ai fait pas mal de bénévolat où j'étais en contact avec d'autres personnes. et malgrè tout cela, je ne suis pas plus sociable qu'un autre, voir même très peu sociable, à la limite sauvage.

Alors bon, je ne pense pas que la sociabilité s'acquière uniquement au contact permanent avec d'autres personnes. Je pense que c'est une question d'éducation et de la façon dont nos parents nous ont fait perçevoir l'étranger. Pour ma part, durant toute mon enfance, j'ai eu l'impression que l'autre était une personne qu'il fallait se méfier, qu'on ne devait pas contoyer n'importe quel enfant.

#17 simplement-naturelle

    Membre régulier

  • Membres
  • 797 Messages :
  • Genre:Femme
  • Commune:Belgique

Posté 06 December 2006 à 09:05

joeytriviano dit :

Bonjour,
Je viens de m'inscrire, j'ai vu ce sujet par hasard et je vais vous parler de mon expérience d'école à la maison...
Quand j'étais en 6ème, mon père a été envoyé comme conseiller auprès d'une banque au sultanat d'Oman. A début c'était pour 6 mois, puis ca s'est prolongé alors il a été décidé que toue la famille irait le rejoindre. Comme il n'y avait pas d'école française là bas (une école privée mais hors de prix pour nous) on m'a inscrit au CNED et je devais bosser à la maison et c'est ma mère qui me faisait la classe.
La 1ère année c'était marrant, tout le temps à la maison, des horaires cool à mon rythme et tout. Ensuite les copains ont commencé à me manquer, on voyait personne, on était isolés. Ca a duré 4 ans...
Je peux vous dire que quand je suis revenu à la vie normale, dans une classe de 2de, j'en ai bien bavé. J'étais resté un gosse. J'avais sauté toute mon adolescence. Je ne savais pas me faire des amis. J'y connaissais rien aux filles et je n'osais même pas leur parler. Ok j'ai pas fait de conneries, mais encore maintenant (29 ans) je me sens parfois différent des autres. Pas la même évolution.
Tout ça pour vous dire de bien faire attention, si vous choisissez cette possibilité de l'enseignement à la maison, de ne pas trop isoler vos enfants!


bonjour et bienvenu joey !

Moi je n'ai pas encore d'enfants...  mais je suis qqun d'assez "modéré" qui pense souvent que "le juste milieu"  soit encore la meilleure solution.  Tout est une question d'équilibre.

J'ai été à l'école, mais j'étais une gamine faible, timide et peureuse.  (pour les cours j'étais l'intello de la classe: bin ça ne plaisait pas aux autres camarades!)    Ma scolarité je l'ai passée sous les coups, les brimades, les moqueries.  Au secondaire, ça a empiré, là je me prennais vraiment des raclées, j'ai même dû aller une fois aux urgences, pour une radio de la tête, suite à ma rencontre infortunée avec une radiateur aux arrêtes vives...     
Les amis ?  j'en ai tjs eu très peu, concernant l'école.  J'avais souvent une "copine" fidèle, mais c'est tout.    (souvent une rejettée comme moi...)
à l'heure où les garçons commencent à chercher les filles (ou l'inverse!)  moi, comme j'avais l'air d'une gamine, les moqueries allaient de plus belles...

Vers la 4ème (3ème pour les français)  ça s'est amélioré pcq j'étais dans une classe artisitique, où les valeurs étaient différentes et où régnait une certaine "liberté" de genre, de style de références de valeurs...    Cependant c'était aussi la classe la plus "délinquante" de l'école, et fort heureusement, j'ai tjs résisté face à la drogue, le tabac ou l'alcool...  (mais ça aurait pu être différent!)

il n'y a qu'en supérieur où j'ai un souvenir heureux car nous étions une super bande de copains...

Bref, vous avez dit socialisation ???? ?  ha certes je me suis endurcie, j'ai appris à rendre les coups plûtot qu'à les recevoir... 
mais je suis tjs aussi timide, reservée, plutot associale, casanière...  etc.
   
Une socialisation pareille, je m'en serais bien passée !!!!!!!   

Evidemment vous aurez compris que le soucis ne venait pas des profs mais des élèves, je ne parle donc pas d'enseignements ou de méthodes mais précisément de "la socialisation" 


Alors à quoi ça sert "les copains" ?    ... à se faire taper dessus ?   

J'ai préféré ma poignée d'amis fidèles croyez-moi, à tous les copains du monde !!!!!!  Et mes meilleurs amis, je ne les ai pas rencontrés à l'école ... comme quoi.

>>> alors il est clair que mon expérience influencera celle de mes enfants. OUI. (Mais il y d'autres raisons pour lesquelles je suis pour l'enseignement à domicile, mais ce n'est pas le sujet ici)  Je ne vois pas en quoi c'est choquant.  Ceux qui ont eu une mauvaise expérience dans le privé ont mis leur enfant à l'école publique ou l'inverse... c'est exactement pareil.  leur expérience se répercute sur les enfants, et c logique.

Cependant, je ne pense pas que les enfants doivent être coupés du monde non plus.  Bien au contraire !!  Le temps dégagé peut servir à faire plein d'activités, et des activités où les parents ne sont pas forcément présents, et où ils peuvent se faire des amis...
du sport...de la musique...etc.  (...et des bêtises !  ;-)  )

Je ne pense pas que l'école donc soit le seul moyen de socialisation...  on se socialise au contact avec d'autres.  Le tout est donc de trouver un juste équilibre et de ne pas isoler l'enfant ni le surprotéger.

#18 leboubil

    Membre habitué

  • Membres
  • 19 Messages :
  • Commune:Saint Maur des Fossés

Posté 14 December 2006 à 15:28

bonjour, je prends connaissance un peu tard, de cette discussion, pour la relancer : je trouve que Dteuz y va un peu fort : à moins d'être absolument sur que tes enfants vont pouvoir vivre dans un monde merveilleux et utopique plus tard, ce qui pour moi, est bien loin d'être le cas (j'ai deux enfants de 4 et 3 ans et j'ai bien l'impression qu'ils vont vivre dans un monde de plus en plus pourri), comment ne pas vouloir qu'ils aient les armes pour survivre plus tard ?

Les isoler du système (eh oui, on est malheureusement bien dedans), c'est un peu fort non ? Et puis c'est assez facile de taper sur le système actuel alors qu'il a quand même ses mérites, le problème étant que comme pour tout, il n'est pas fait pour les cas particuliers, mais pour le plus grand nombre. Et comme on est tous des cas particuliers... alors évidemment.

En tout cas, je pense que ce n'est pas plus mal que les enfants soient confrontés à ce qu'ils ont toutes les chances de devoir affronter plus tard, car franchement j'ai peu d'espoir quant à une révolution totale de notre mode de fonctionnement actuel dans les années à venir. Donc, autant qu'ils connaissent et qu'ils s'adaptent !

Quant à enseigner soi-même à ses enfants, bonjour les limites (je parle de moi là), et l'éducation nationale est quand même pas mal même si il y aurait beaucoup de choses à redire. Si je devais faire l'éducation de mes enfants, les pauvres n'apprendraient pas grand chose non seulement parce que mon savoir se limite à l'ortographe, et l'anglais... MAIS SURTOUT, parce que je pense qu'on peut difficilement trouver quelqu'un sur cette planette, qui soit moins pédagogue que moi : alors que dans l'éducation nationale, les profs/instits etc., eh ben normalement c'est çà leur truc : la pédagogie. Et c'est une très très grande partie de ce métier, car tu peux savoir un million de trucs, si tu n'es pas pédagogue, alors accroche toi !

Voilà, pour moi même si j'aimerais que l'éducation nationale soit un peu moins bête (fausses réformes nulles et révision des programmes tout le temps pour faire style qu'ils font quelque chose, etc.), je suis quand même bien contente que mes enfants en profitent.

Dernière chose : si nos enfants (je parle des générations actuelles) étaient moins pourris/gâtés, et un peu plus respectueux et mieux élevés, je suis sure que l'ambiance à l'école serait bien meilleure, et bien plus facile à vivre !!! DE TEMPS EN TEMPS IL SERAIT BIEN QUE LES PARENTS AUSSI SE REMETTENT EN CAUSE NON ???????? L'enfant roi, on voit ce que çà a donné !!!!!!

Leboubil

#19 leboubil

    Membre habitué

  • Membres
  • 19 Messages :
  • Commune:Saint Maur des Fossés

Posté 14 December 2006 à 16:31

oups, j'aurais pu dire alors, anglais et c'est tout... erreur de frappe, mais quand même !!!!! honte sur moi et le rouge aux joues pour longtemps !!!
merci.
Leboubil (mauvaise en orthographe, mais quand même je persiste, ok en anglais ! :)

#20 Claire

    Membre régulier

  • Membres
  • 474 Messages :
  • Genre:Homme
  • Commune:Antony (92)

Posté 14 December 2006 à 18:17

Citation

(...) je trouve que Dteuz y va un peu fort : à moins d'être absolument sur que tes enfants vont pouvoir vivre dans un monde merveilleux et utopique plus tard, ce qui pour moi, est bien loin d'être le cas (j'ai deux enfants de 4 et 3 ans et j'ai bien l'impression qu'ils vont vivre dans un monde de plus en plus pourri), comment ne pas vouloir qu'ils aient les armes pour survivre plus tard ?

Citation

En tout cas, je pense que ce n'est pas plus mal que les enfants soient confrontés à ce qu'ils ont toutes les chances de devoir affronter plus tard, car franchement j'ai peu d'espoir quant à une révolution totale de notre mode de fonctionnement actuel dans les années à venir. Donc, autant qu'ils connaissent et qu'ils s'adaptent !


Ce n'est pas la première fois que cette idée de "préparer" les enfants à un monde dur en les confrontant à sa violence apparaît sur ce forum, et j'ai toujours la même réaction : En quoi soumettre quelqu'un (enfant ou adulte, d'ailleurs) à la violence l'aide-t-il à y faire face? Je suis bien sûr tout-à-fait d'accord qu'il est nécessaire de préparer les enfants à vivre dans un système que je trouve très dur, mais soumettre l'enfant à la violence me semble plus de nature à le convaincre que c'est "la normalité" (donc qu'il est normal et acceptable de souffrir et de faire souffrir), sans l'aider pour autant à moins souffrir : à force de prendre des coups, on n'a pas moins mal.
Ce n'est pas de soumettre l'enfant à des violences (à l'école, je ne pense évidemment pas à des châtiments corporels mais à d'autres types de violence) qui va le préparer, mais c'est de lui fournir des billes pour y faire face.





1 utilisateur(s) sur ce sujet

0 invité(s) et 1 utilisateur(s) anonyme(s)


Ce site existe depuis 1999 et représente plusieurs centaines d'heures passées à sa gestion et à son développement. Je fais cela avec joie et par passion. L'augmentation des visites et la qualité du référencement m'ont amené à mettre en place des outils professionnels pour pouvoir faire face à la fréquentation importante. 

Eco Bio Info reste un 
Si Eco Bio Info vous apporte quelque chose dans votre vie et que vous avez envie de me soutenir dans ma démarche, vous pouvez effectuer un don par paypal à partir d'1 Euro à l'aide du bouton ci dessous. Vous pouvez aussi faire connaitre Eco Bio Info à vos amis à l'aide du lien Facebook. Je serai heureux de recevoir votre don et d'utiliser ce don pour financer l'hébergement et l'abonnement aux mises à jour du forum (environ 500 Euros/an). Merci de tout 

Soutenez Eco Bio Info en faisant connaitre ce forum à vos amis :